Paul n’est pas fou

Vendredi 12 février 2010, par Luciano Branco // Messages bibliques

- Cliquez ci-dessous sur le bouton ’lecture’ pour écouter en ligne ce message biblique au format audio MP3.

Paul n’est pas fou
Résumé

Une exhortation forte de la part de l’apôtre Paul.

  • Réjouissez-vous
  • Ne vous inquiétez de rien.

Ces déclarations sont surprenantes de la part de l’apôtre Paul. Elles retentissent jusqu’à nous aujourd’hui.

Pourquoi Paul est-il en prison ?

Il a été accusé, à tort, par les Juifs d’avoir fait entrer un Grec, Trophime, dans le temple. Ceci était interdit.

Paul arrêté fait appel à son droit de citoyen romain. Se réjouissait-il d’être arrêté ?

Paul, entouré d’une escorte de 200 soldats, 70 cavaliers, une véritable petite armée, est transféré à Rome. Le gouverneur Félix le met aux « oubliettes » pendant 2 ans. Festus vient ensuite, les Juifs n’ont pas oublié et demandent son retour à Jérusalem pour qu’il réponde de ses actes. Festus convoque un tribunal. Devant toutes les autorités, Paul en appelle à César. Chaque citoyen avait la possibilité de demander le jugement de César lui-même.

Là encore, demandons-nous : Paul se réjouissait-il ou bien cherchait-il à échapper à la justice ?

La folie de Paul ?

Festus dit à Paul qu’il est sage, mais qu’il est fou (verset 27). Au-delà de Paul, c’est Dieu qui nous parle. Quand il nous est demandé de nous réjouir, de ne pas nous inquiéter, nous ne devons pas mettre la Parole du Seigneur en doute.

La joie ne doit pas dépendre des circonstances, les subir. Passer son temps à chercher le bonheur dans les biens matériels ne mène à rien. Il faut se confier dans les choses durables, ce ne sont pas des choses matérielles.

Cependant, il existe bien des bénédictions matérielles, à l’exemple de celles que Salomon a reçues. Mais Salomon n’avait pourtant pas demandé pour lui-même : la sagesse pour bien diriger le peuple dont il avait la charge.

Paul était joyeux car il savait bien que sa situation n’était pas le fruit du hasard. Il était sûr que sa vie était entre les mains du Seigneur. Paul n’est pas fou, il est certain de son salut.

Tout espoir est permis !

Le Seigneur est avec le chrétien, dans le chrétien, par le Saint-Esprit. Nous avons une assurance que beaucoup n’ont pas. Nous sommes des enfants de Roi ! Le chrétien a en Jésus-Christ toute chose bonne dans ce monde, malgré les difficultés. Le chrétien a l’assurance que tout est bien en Jésus, que toute espérance est permise.

Tournez-vous vers Jésus !

L’enfant à qui son père tend les bras n’a aucune hésitation, il y va. L’enfant qui a un besoin va voir ses parents et demande ce dont il a besoin. Sachons de même demander à Dieu comme à un père. Nous pouvons être sans crainte, Jésus-Christ est proche. Il suffit de s’approcher de Dieu avec un cœur sincère. Jésus est la source du bonheur. Paul n’est pas fou. Il sait en qui il a cru, tout simplement.

Passages Bibliques associés

Philippiens chapitre 4 versets 4 à 7

Réjouissez-vous toujours dans le Seigneur ; je le répète, réjouissez-vous. Que votre douceur soit connue de tous les hommes. Le Seigneur est proche. Ne vous inquiétez de rien ; mais, en toutes choses, par la prière et la supplication, avec des actions de grâces, faites connaître à Dieu vos demandes. Et la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, gardera vos cœurs et vos pensées en Christ-Jésus.

Actes chapitre 26

Agrippa dit à Paul : Il t’est permis de parler pour ta cause. Alors Paul étendit la main et présenta sa défense : Je m’estime heureux, roi Agrippa, d’avoir aujourd’hui à présenter ma défense devant toi au sujet de toutes les accusations des Juifs contre moi, car tu connais parfaitement toutes les coutumes des Juifs et leurs discussions. Je te prie donc de m’écouter patiemment. Ma vie, dès ma jeunesse et depuis le commencement, s’est passée à Jérusalem, au milieu de ma nation : tous les Juifs le savent. Ils me connaissent depuis longtemps, s’ils veulent en témoigner ; j’ai vécu en Pharisien, selon le parti le plus rigide de notre religion. Et maintenant, je suis mis en jugement à cause de l’espérance en la promesse faite par Dieu à nos pères, et dont nos douze tribus, qui rendent un culte à Dieu sans relâche nuit et jour, espèrent atteindre l’accomplissement. C’est pour cette espérance, ô roi, que je suis accusé par des Juifs ! Quoi ! jugez-vous incroyable que Dieu ressuscite les morts ? Pour moi donc, j’avais pensé devoir m’opposer très activement au nom de Jésus de Nazareth. C’est ce que j’ai fait à Jérusalem : j’ai moi-même enfermé dans les prisons beaucoup de saints, après en avoir reçu le pouvoir des principaux sacrificateurs, et, quand on voulait les faire mourir, j’apportais mon suffrage. Et souvent dans toutes les synagogues, pour les punir, je les forçais à blasphémer. Dans l’excès de ma fureur contre eux, je les persécutais même jusque dans les villes étrangères. A cet effet, je me rendis à Damas, avec les pouvoirs et la permission des principaux sacrificateurs. Vers le milieu du jour, ô roi, je vis en chemin briller autour de moi et de mes compagnons de route une lumière venant du ciel, plus brillante que le soleil. Nous sommes tous tombés par terre, et j’entendis une voix qui me disait en langue hébraïque : Saul, Saul, pourquoi me persécutes-tu ? Il est dur pour toi de regimber contre les aiguillons. Je répondis : Qui es-tu Seigneur ? Et le Seigneur dit : Moi, je suis Jésus que tu persécutes. Mais lève-toi, et tiens-toi sur tes pieds ; car voici pourquoi je te suis apparu : je te destine à être serviteur et témoin des choses que tu as vues de moi et de celles pour lesquelles je t’apparaîtrai. Je t’ai pris du milieu de ce peuple et des païens, vers qui je t’envoie, pour leur ouvrir les yeux, afin qu’ils se tournent des ténèbres vers la lumière et du pouvoir de Satan vers Dieu, et qu’ils reçoivent le pardon des péchés et un héritage avec ceux qui sont sanctifiés par la foi en moi. En conséquence, roi Agrippa, je n’ai pas désobéi à la vision céleste ; mais à ceux de Damas d’abord, puis de Jérusalem, dans tout le pays de Judée, puis aux païens, j’ai annoncé la repentance et la conversion à Dieu, avec la pratique d’œuvres dignes de la repentance. Voilà pourquoi les Juifs se sont emparés de moi dans le temple et ont tenté de me faire périr. Mais, grâce à la protection de Dieu, j’ai subsisté jusqu’à ce jour et je rends témoignage devant les petits et les grands, sans rien dire en dehors de ce que les prophètes et Moïse ont déclaré devoir arriver, c’est-à-dire que le Christ souffrirait et que ressuscité le premier d’entre les morts, il annoncerait la lumière au peuple et aux païens. Comme il se défendait ainsi, Festus dit à haute voix : Tu es fou, Paul ! Ta grande érudition te pousse à la folie ! Je ne suis pas fou, très excellent Festus, répliqua Paul ; ce sont, au contraire, des paroles de vérité et de bon sens que j’exprime. Le roi est instruit de ces faits, je lui en parle ouvertement, car je suis persuadé qu’il n’en ignore rien, puisque ce n’est pas en cachette que cela s’est passé. Crois-tu aux prophètes, roi Agrippa ? ... Je sais que tu y crois. Et Agrippa dit à Paul : Encore un peu, tu vas me persuader de devenir chrétien ! Paul répondit : Que ce soit pour un peu ou pour beaucoup, plaise à Dieu que non seulement toi, mais encore tous ceux qui m’écoutent aujourd’hui, vous deveniez tels que je suis, moi, à l’exception de ces chaînes ! Le roi, le gouverneur, Bérénice et ceux qui siégeaient avec eux, se levèrent et, en se retirant, se disaient les uns aux autres : Cet homme ne fait rien qui mérite la mort ou les chaînes. Et Agrippa dit à Festus : Cet homme aurait pu être relâché, s’il n’en avait appelé à César.

haut

Matthieu chapitre 6 verset 33

Cherchez premièrement son royaume et sa justice, et tout cela vous sera donné par-dessus.

Philippiens chapitre 1 verset 12

Je veux que vous le sachiez, frères : ce qui m’est arrivé a plutôt contribué aux progrès de l’Évangile.

Répondre à cet article