Ouvriers de la dernière heure

Dimanche 20 janvier 2008, par Philippe Martinez // Messages bibliques

Philippe Martinez analyse la parabole des ouvriers embauchés à différentes heures pour nous amener à nous poser des questions essentielles : Qui sommes-nous vis à vis de Dieu ? Quel est le projet de Dieu pour l’homme ? Quel est l’enjeu de la grâce ?

- Cliquez sur le bouton "lecture" ci-dessous pour écouter en ligne ce message audio au format MP3.

Résumé

Jésus vient de dire au jeune homme riche de tout vendre et de donner ses biens. Juste après, dans le chapitre 20 de l’évangile de Matthieu, Jésus poursuit son enseignement à l’aide de paraboles. Une parabole est un récit imagé qui renferme une vérité. Le but est que l’on ne reste pas indifférent.

Dans cette parabole, il y a une parole énigmatique : les premiers seront les derniers et les derniers seront les premiers...

Rappel : Qui sommes-nous vis à vis de Dieu ?

Dans cette parabole, le vigneron représente Dieu, la vigne représente le monde et les ouvriers représentent les hommes. L’homme est, a priori, séparé de Dieu, il rate la cible de ce qui est bon, il est pécheur. C’est un peu comme quand on regarde dans un miroir brisé. Il y a un écart entre notre pensée et la pensée de Dieu. C’est un peu comme un "dialogue de sourds" et nous n’arrivons pas à "recoller les morceaux." À moins que Dieu ne nous appelle, nous sommes comme les ouvriers oisifs sur la place.

Quel est le projet de Dieu pour l’homme ?

L’issue de l’histoire illustre le coeur de Dieu. Dieu fait le chemin vers nous. Il veut la réconciliation. Il veut que tous reçoivent le pardon. Dieu a pourvu. Il nous offre de changer de statut : d’ouvrier inutile à enfant de Dieu. Dieu ne peut pas être plus proche, il vient habiter dans notre coeur.

La définition de la grâce est "la remise entière ou partielle d’une peine." Il n’y a pas de logique humaine. On ne nous fait pas de cadeau, ce n’est pas normal dans notre monde. On ne peut pas monnayer cette grâce. Dieu nous fait grâce, c’est tout. Le patron de la parabole n’est pas soumis aux lois économiques. Il n’y aura pas de logique comptable ni de profits au ciel.

L’enjeu de la grâce

Dieu n’est limité que par nos choix. Est-ce que j’obéis ? Est-ce que je vis pour Dieu ? Nous avons tendance à vivre selon le principe "on n’est jamais si bien servi que par soi-même."

Si on compare chez les autres, on peut laisser la convoitise s’installer. Nous pouvons, de façon capricieuse, taper du pied.

Ne pensons pas que nous sommes toujours dans le rôle du "bon" ouvrier présent depuis le début ; mais les choses ne sont pas toujours aussi nettes. On se retrouve parfois dans la peau du coupable et on apprécie la grâce, on n’est pas jaloux de la grâce faite aux autres.

Dieu veut donner autant à chacun. À nous de ne pas être jaloux. Dieu voit grand pour nous. Croire est un petit geste. La suite peut être glorieuse.

Passages Bibliques associés

Matthieu chapitre 20 versets 1 à 16

  1. Car le royaume des cieux est semblable à un maître de maison qui sortit dès le matin, afin de louer des ouvriers pour sa vigne.
  2. Il convint avec eux d’un denier par jour, et il les envoya à sa vigne.
  3. Il sortit vers la troisième heure, et il en vit d’autres qui étaient sur la place sans rien faire.
  4. Il leur dit : Allez aussi à ma vigne, et je vous donnerai ce qui sera raisonnable.
  5. Et ils y allèrent. Il sortit de nouveau vers la sixième heure et vers la neuvième, et il fit de même.
  6. Étant sorti vers la onzième heure, il en trouva d’autres qui étaient sur la place, et il leur dit : Pourquoi vous tenez-vous ici toute la journée sans rien faire ?
  7. Ils lui répondirent : C’est que personne ne nous a loués. Allez aussi à ma vigne, leur dit-il.
  8. Quand le soir fut venu, le maître de la vigne dit à son intendant : Appelle les ouvriers, et paie-leur le salaire, en allant des derniers aux premiers.
  9. Ceux de la onzième heure vinrent, et reçurent chacun un denier.
  10. Les premiers vinrent ensuite, croyant recevoir davantage ; mais ils reçurent aussi chacun un denier.
  11. En le recevant, ils murmurèrent contre le maître de la maison,
  12. et dirent : Ces derniers n’ont travaillé qu’une heure, et tu les traites à l’égal de nous, qui avons supporté la fatigue du jour et la chaleur.
  13. Il répondit à l’un d’eux : Mon ami, je ne te fais pas tort ; n’es-tu pas convenu avec moi d’un denier ?
  14. Prends ce qui te revient, et va-t’en. Je veux donner à ce dernier autant qu’à toi.
  15. Ne m’est-il pas permis de faire de mon bien ce que je veux ? Ou vois-tu de mauvais oeil que je sois bon ? -
  16. Ainsi les derniers seront les premiers, et les premiers seront les derniers.

Nombres chapitre 4 versets 1 à 4

  1. L’Éternel parla à Moïse et à Aaron, et dit :
  2. Compte les fils de Kehath parmi les enfants de Lévi, selon leurs familles, selon les maisons de leurs pères,
  3. depuis l’âge de trente ans et au-dessus jusqu’à l’âge de cinquante ans, tous ceux qui sont propres à exercer quelque fonction dans la tente d’assignation.
  4. Voici les fonctions des fils de Kehath, dans la tente d’assignation : elles concernent le lieu très saint.

Répondre à cet article