La grâce toute suffisante de Dieu

dimanche 2 décembre 2007
par Jean-Claude Durand

Jean-Claude Durand analyse dans ce message certains des passages les plus encourageants, mais aussi les plus engageants de la Parole de Dieu. Il est question de faire confiance à Dieu et de compter sur sa provision, dans les bons comme dans les mauvais jours.

- Cliquez sur le bouton "lecture" ci-dessous pour écouter en ligne ce message au format audio MP3.

La grâce toute suffisante
IMG/mp3/Lagracetoutesuffisante02122007JeanClaudeDurand.mp3
MP3 - 25.6 Mo
La grâce toute suffisante
Résumé
  1. Paul face à son Dieu
  2. Pleine suffisance de la grâce de Dieu
  3. Le choix de la faiblesse

Paul apprend à souffrir

Il reçoit des explications personnelles. La maladie de Paul, quelle qu’elle ait été, l’a maintenu dans l’humilité. Par trois fois, il demande le retrait de cette écharde. Paul est un homme de prière, pas un moulin à parole. Paul est conscient de ses demandes, il tient le compte mais il y a soumission, pas de rébellion, une entière acceptation. Paul reçoit une explication : il risquerait d’être enflé d’orgueil. Il nous faut comprendre et accepter les décisions de Dieu, être sûr qu’elles sont toujours dans notre intérêt. Il faut accepter l’idée de la souveraineté de Dieu, et pas seulement quand elle va dans notre sens.

haut

"Ma grâce te suffit"

Il n’est pas facile de comprendre cette phrase. Dieu a un regard pour chacun de nous. Ce n’est pas un minimum, c’est une ressource maximum. Il me faut apprendre à puiser dedans. Le Seigneur est derrière nous, il connaît notre cœur, il connaît l’homme. Je peux trembler, mais Dieu ne tremble pas. Nous profitons de son expérience. Quelle est la valeur de ce que Dieu me donne ?

Le choix de la faiblesse

C’est un choix clairement fou à vue humaine. Paul a découvert que pour voir le Seigneur agir puissamment, il faut choisir de se laisser faible. Ce n’est pas une invitation à la négligence. Avons-nous peur de nos incapacités ? Nous pouvons les remettre au Seigneur. C’est une assurance merveilleuse que de savoir que Dieu est fort à ma place.

Conclusion

  1. Premièrement, moi face à mon Dieu.
  2. Deuxièmement, ai-je compris ? Est-ce que j’accepte ?
  3. Troisièmement est-ce que je choisis la puissance de Dieu ?

Si on n’est pas proche de Dieu, on ne comprend pas qu’il dise non. Nous devons être proche de Dieu.

Passages bibliques associés

Actes chapitre 9 versets 1 et 16

2 Corinthiens chapitre 11 versets 23 à 29

haut

2 Corinthiens chapitre 12 versets 7 à 10

haut


2 votes

Sites favoris


4 sites référencés dans ce secteur