L’héritage des pères

mercredi 18 avril 2007
par Guy Aguirre

Qu’est-ce que le Seigneur veut nous faire comprendre dans ce chapitre 21 du premier livre des rois ?

L’héritage des pères

  1. Achab parla ainsi à Naboth : Cède-moi ta vigne, pour que j’en fasse un jardin potager car elle est tout près de ma maison. Je te donnerai à la place une vigne meilleure, ou si cela te convient je te paierai la valeur en argent ;
  2. mais Naboth répondit à Achab : que l’Éternel me garde de te donner l’héritage de mes pères !

1 Rois chapitre 21 verset 3

Dans ce récit historique, Naboth de Jizréel avait une vigne à côté du palais d’Achab, roi de Samarie. En quoi ce récit peut-il nous intéresser ?

La Parole de Dieu nous dit que tout a été écrit pour notre instruction, tout aussi bien ce récit qui ressemble à un fait divers de nos jours, comme tous les autres faits divers. Ce qu’il nous faut comprendre, c’est qu’en Israël, l’héritage des pères, était une chose sacrée, on y tenait comme la prunelle de l’œil. Si un Israélite pour raison de pauvreté ou pour une autre raison devait vendre tout ou partie de ses biens champêtres, l’acquéreur ne possédait pas les terres à perpétuité : le prix payé était adapté aux années de rapport jusqu’à l’année du jubilé (cinquante ans). Et dans l’année du jubilé chacun retournait à ses terres dans sa propriété (Lévitique chapitre 25 versets 11 à 13).

Naboth avait donc le droit de refuser l’offre du roi parce que rien, ni meilleure vigne ou argent, ne pouvait remplacer « l’héritage » de ses pères. Il a préféré la mort à l’offre royale.

Ce que ce récit a à nous apprendre

Quel est donc cet héritage de nos pères que rien ne peut remplacer ? Voyons et puisons dans ce trésor qu’est la Parole de Dieu, quelques versets qui vont nous aider à comprendre.

  1. Souvenez-vous de vos conducteurs [1] qui vous ont annoncé la Parole de Dieu.

Hébreux chapitre 13 verset 7

Conduits par l’Esprit Saint, ils nous ont enseigné les révélations divines, les vérités doctrinales, pour lesquelles Jude exhorte les chrétiens, dans son épitre au verset 3 « à combattre par la foi qui a été transmise aux saints une fois pour toutes. » C’est cela qui est notre « héritage », le patrimoine spirituel que nous ont transmis nos pères et que nous devons garder à tout prix. Si nous lisons dans le livre de l’Apocalypse chapitre 2 verset 13, nous distinguons là, de la bouche même du Seigneur Jésus lorsqu’il s’adresse à l’église de Pergame, qu’Il nomme "Antipas" comme étant un témoin fidèle. N’est-il pas le Naboth d’un autre temps ? Pourquoi a-t-il été mis à mort là où satan avait sa demeure ? Tout simplement parce qu’il gardait fermement « l’héritage » de ses pères.

Combien de chrétiens dans ce monde ont préféré la torture et la mort plutôt que bannir leur foi ? Renoncer à ce précieux « héritage » ? Dans les épîtres aux églises de Thyatire [2] et de Philadelphie [3], Il dit « Je viens bientôt, retiens ce que tu as, afin que personne ne prenne ta couronne. » Nous savons qu’actuellement dans le monde, quantité de chrétiens souffrent en prison, certains sont persécutés, torturés, condamnés à mort et aussi assassinés pour le Nom de Jésus. Nous ne savons pas ce qui nous attend si le Seigneur tarde à venir, car il ne nous faut pas perdre de vue que les éléments qui constituent la grande Babylone existent en grande partie actuellement. Ils ne sont que des loups habillés en peaux de brebis et n’attendent que le moment favorable pour tuer, dévorer et détruire.

Pour conclure, nous lisons dans le livre de l’Apocalypse chapitre 2 verset 10 « Ne crains pas ce que tu vas souffrir, voici le diable jettera quelques-uns d’entre vous en prison, afin que vous soyez éprouvés, et vous aurez une tribulation de dix jours. Sois fidèle jusqu’à la mort, et je te donnerai la couronne de vie. »

Donc ! À nous de garder aujourd’hui cet « Héritage. »


[1] ou pères spirituels comme nous les appelons

[2] Apocalypse chapitre 2 versets 24-25

[3] Apocalypse chapitre 3 verset 11


2 votes