L’action du Saint-Esprit en nous

lundi 20 août 2007
par Guy Aguirre

Pour que Christ puisse faire d’un cœur son temple, il faut que le Père y envoie d’abord son Esprit, qui en chasse tout le mauvais, le purifie, l’inonde d’amour divin, et le rend habitable pour le Saint Esprit. Quand cet hôte se trouve chez lui et qu’il peut y régner en souverain, c’est le ciel même qui descend dans ce cœur. C’est l’infini, c’est l’éternité, puisque l’amour ne périt jamais (1 Cor : 13/8), et c’est ce qui fait la joie de Dieu.

Mais nous, qu’avons nous à faire pour obtenir cette grâce immense ? C’est simplement de croire, obéir avec actions de grâce, livrer notre cœur humblement, docilement à l’action de l’Esprit-Saint.

La toute puissance divine n’a d’autre limite que notre incrédulité ou notre orgueil, notre recherche de nous-mêmes, de notre propre gloire. Si le cœur est plein de nous-mêmes ou du monde, comment Jésus-Christ le remplirait-il ? Il nous faut, avant toute chose ici-bas, servir et glorifier Dieu, et faire connaître ce qu’est la grâce merveilleuse de Dieu, agissant dans un cœur qui s’abandonne à Lui, sans réserve, de sorte qu’Il puisse exaucer la prière.

Ephésiens chapitre 3 versets 14 à 21

  1. A cause de cela, je fléchis les genoux devant le Père,
  2. duquel tire son nom toute famille dans les cieux et sur la terre,
  3. afin qu’il vous donne, selon la richesse de sa gloire, d’être puissamment fortifiés par son Esprit dans l’homme intérieur,
  4. en sorte que Christ habite dans vos coeurs par la foi ; afin qu’étant enracinés et fondés dans l’amour,
  5. vous puissiez comprendre avec tous les saints quelle est la largeur, la longueur, la profondeur et la hauteur,
  6. et connaître l’amour de Christ, qui surpasse toute connaissance, en sorte que vous soyez remplis jusqu’à toute la plénitude de Dieu.
  7. Or, à celui qui peut faire, par la puissance qui agit en nous, infiniment au delà de tout ce que nous demandons ou pensons,
  8. à lui soit la gloire dans l’Église et en Jésus-Christ, dans toutes les générations, aux siècles des siècles ! Amen !

Nous voyons dans l’Evangile de Matthieu

Matthieu chapitre 11 verset 29

  1. Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de coeur ; et vous trouverez du repos pour vos âmes.

… humilité et douceur, c’est ce que nous devrions être. Car si sur cette terre, où nous ne sommes que de passage, nous ne nous humilions pas, ce serait se bercer d’une dangereuse illusion de penser que nous n’aurons plus d’épreuves. C’est pour cela que nous avons toujours besoin du Seigneur pour nous aider à tout supporter.

Aspirons à être parfaits et pensons que, comme nous, nos frères et sœurs ont besoin du Seigneur pour vivre à nos côtés, cela ne se fera pas sans effort, sans sacrifices, sans renoncements à notre sens propre ou à nos tendances naturelles. Nous ne devons pas dispenser ou empêcher les autres membres du corps [1] à travailler pour le Seigneur, mais au contraire, leur apprendre à le faire, les stimuler, les encourager, les diriger, les mettre à l’œuvre. Mais pour cela, il nous faut être le modèle et l’exemple du Seigneur. Le meilleur ouvrier, ce n’est pas celui qui fait le travail de dix hommes, non, c’est celui qui sait en mettre dix au travail !

1 Corinthiens chapitre 12 verset 7

  1. Or, à chacun la manifestation de l’Esprit est donnée pour l’utilité commune.

C’est en travaillant ainsi que l’on progresse, en foi, en connaissance du Fils de Dieu. C’est en s’occupant des autres, en se dévouant pour eux, que le serviteur aura le moins de risques d’erreur et sera le plus certain d’avancer dans la bonne direction.

1 Corinthiens chapitre 8 versets 1 à 3

  1. Pour ce qui concerne les viandes sacrifiées aux idoles, nous savons que nous avons tous la connaissance. -La connaissance enfle, mais la charité édifie.
  2. Si quelqu’un croit savoir quelque chose, il n’a pas encore connu comme il faut connaître.
  3. Mais si quelqu’un aime Dieu, celui-là est connu de lui.

Qui oserait dire que Dieu ne lui propose pas d’être à l’exemple du Maître ?

Colossiens chapitre 1 verset 28

  1. C’est lui que nous annonçons, exhortant tout homme, et instruisant tout homme en toute sagesse, afin de présenter à Dieu tout homme, devenu parfait en Christ.

Voilà l’amour qui « croit tout » et qui « espère tout ». L’Evangile pousse tout homme à s’instruire et à se former selon la Parole de Dieu, avec Christ comme point de repère. La vérité fait grandir Dieu à nos yeux, tout en nous rapprochant de Lui, par contre l’erreur nous éloigne de Lui et le rapetisse à nos yeux, la vérité sans l’amour fait souvent plus de mal que de bien et l’amour sans la vérité n’est pas moins dangereux. Pas d’amour sans vérité.

Que deviendrait le corps [2] si les membres se trompaient mutuellement ? On donne prise au diable, dès que l’on n’est plus maître de soi, un mot irréfléchi blessant, une parole aigre-douce, un mouvement d’impatience ou d’agacement suffit. Peut-on se mettre en colère sans pécher ? La colère la plus juste est mêlée de péché dès qu’il s’y glisse un brin de la vie du « moi », orgueil, satisfaction propre, etc.

Le diable n’a de pouvoir sur nous que si nous lui en donnons l’occasion. Car il ne nous faut pas oublier que le diable nous offre les boissons enivrantes, mais Dieu, qui connaît la faiblesse de nos cœurs, nous offre son Saint Esprit. Soyons-en remplis, laissons-nous remplir.

Croyons donc d’abord qu’il n’est pas plus difficile d’être rempli de Christ par l’Esprit, que de s’enivrer, mais la volonté de Dieu notre Père est que nous soyons toujours remplis de Christ, soutenus et portés par l’Esprit d’amour, de joie et de paix.

Galates chapitre 5 verset 22

  1. Mais le fruit de l’Esprit, c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur, la tempérance.

Des moyens nous sont donnés pour y arriver…

Ephésiens chapitre 5 versets 19 à 21

  1. Entretenez-vous par des psaumes, par des hymnes, et par des cantiques spirituels, chantant et célébrant de tout votre coeur les louanges du Seigneur ;
  2. rendez continuellement grâces pour toutes choses à Dieu le Père, au nom de notre Seigneur Jésus-Christ,
  3. vous soumettant les uns aux autres dans la crainte de Christ.

Chanter c’est affirmer avec force, avec joie, avec amour, avec adoration, son assurance et sa foi. Chanter, c’est chasser le doute et le diable. Chanter, c’est élever son âme au dessus des circonstances, des tentations, des difficultés, de tout ce qui déprime et affaiblit. Chanter, c’est déployer ses ailes, rendre grâce, à propos de tout, pour toutes choses. Chanter, c’est proclamer son inébranlable confiance dans la sagesse et l’amour de Dieu pour sa compassion pour ses fils et ses filles, confiance dans sa volonté sainte, l’abandon de toute volonté propre. Chanter c’est se laisser remplir du Sauveur par l’Esprit d’amour et d’humilité de l’Agneau doux et humble de cœur.


[1] l’Eglise

[2] l’Eglise


5 votes

Navigation

Articles de la rubrique