Connaître le Sauveur

Lettre à un ami
dimanche 19 août 2007
par Guy Aguirre

« Bonjour mon ami(e) »

Je me permets de te demander de bien vouloir me lire car je veux te parler d’un personnage, qui a changé ma vie, a tout bouleversé et a rempli mon cœur d’une grande joie et d’une grande paix. Ce personnage bien qu’invisible, m’a puissamment fortifié et m’a considérablement encouragé par son infini amour et je veux te le présenter.

Il se nomme Jésus-Christ, Fils de Dieu. Peut-être le connais-tu déjà comme ton Sauveur et Seigneur personnel. Alors tout ce qui va suivre ne pourra que réjouir ton cœur, confirmant les expériences que sûrement tu as déjà faites, quant à son amour et à sa fidélité.

Mon vœu aujourd’hui est, pour toi qui ne connaîs pas ce Sauveur ou si peu, que tout ce qui va être dit soit un encouragement pour te confier à ce Sauveur, qui a un plan d’amour et de grâce pour ta vie, sans lequel il n’y aurait aucune espérance. Car la Bible, qui est la Parole de Dieu, déclare que « tous » ayant transgressé la loi divine, nous sommes sous la condamnation. C’est bien pour cela, parce que j’ai été et que tu es perdu, que Dieu veut te sauver en Jésus-Christ qui délivre tous ceux et celles qui se tournent vers Lui. Qui que tu sois, ce message aujourd’hui est pour toi, même si tu es incrédule, ou un de ceux et celles qui ont la religion en dégoût, parce que tu es insatisfait, blasé, ou déçu de cette vie ; Si tu le désires, voici comment tu peux être amené à la connaissance du Sauveur et avoir la certitude et l’assurance de ton salut éternel.

Tu es peut-être né d’une famille catholique, musulmane, juive, et certainement entouré d’amis semblables. Tu as été élevé dans la crainte de Dieu, mais sans en connaître la portée. Il est vrai que pour beaucoup, tout ce qui est plus ou moins religieux, une attirance se produit vers l’âge de 11 ans. Peut-être as-tu fait ta communion selon les rites de l’église catholique romaine, peut-être es-tu parti dans un établissement spécialisé pour faire tes études comme pensionnaire ou tu as subi hélas, une influence déplorable de plusieurs de tes camarades et bien vite, tu t’es plu à vivre de plus en plus dans le mal ! Du coup tes études s’en sont ressenties d’année en année, en faisant beaucoup de peine à tes parents qui espéraient toujours une amélioration.

Mais il faut que tu saches, que lorsqu’on prend goût au péché, on en devient très vite l’esclave. Et c’est là, la triste expérience que tu vis. Il est vrai aussi que tout ce qui, dans le domaine religieux, te paraissait beau autrefois, te fait honte aujourd’hui.

Et peut-être es-tu de ceux et celles qui, adolescents, décident de cesser toute étude, ce qui est pour la famille le sujet d’une grande déception. Un jour tu as décidé de quitter la maison pour vivre ta vie, indépendant et autonome, tu rêvais de voyage, tu te croyais très fort, intelligent pour vivre une vie malheureusement qui n’est pas du cinéma. Mais tu avais 17 ans à cette époque. Où en es-tu aujourd’hui ? Il faut être réaliste : la vie, ce n’est pas ça. La vie, la vraie vie ne peut-être qu’avec le Sauveur. Il faut que tu viennes à cette connaissance, pour que tu déroules devant tes yeux, l’aspect de révolte de ton ignorance, et si tu arrives à décrire toutes ces choses qui te font mal, qui te pèsent, tu viens de te juger, et cela est un pas vers le chemin, que maintenant tu vas comprendre.

Dans un premier temps tu vas certainement te dire quelle folie ! Comme si mon âme avait besoin d’être sauvée ! Mais est-ce que j’ai une âme ? Et si cela était, qui pourrait s’en occuper mieux que moi-même ? Il est vrai que ce que tu vas lire va te laisser pour un temps indifférent, mais sache que ton cœur va aussi pour un temps s’endurcir, et contester ouvertement l’existence de Dieu. Je sais que cela te gêne, t’outrage même. Tu vas te poser cette question ! Ai-je besoin d’un ami fidèle, plein d’amour et de miséricorde pour diriger ma vie ? Et tu te diras, non ce n’est pas vrai, je n’en ai pas besoin parce que c’est inutile !

Mais tu sais mon ami (e) que bientôt ton âme va être troublée, tu sais pourquoi ? Parce que Dieu travaille ton cœur brisé, contrit, afin que, par ce qui va suivre, un déclic se produise en toi, alors voici ce que Dieu en Jésus Christ te dit : « Dis-moi, ne veux-tu pas changer de vie, là, maintenant ? Ne veux-tu pas me donner ton cœur, afin que je vienne le remplir, pour te conduire et te combler de mon amour, de ma fidélité, de ma patience, te donner la joie que nul ne pourra te râvir, et la paix, afin que tu sois dans un bonheur merveilleux ? Alors viens a moi, toi qui es fatigué et chargé et je vais te donner le repos. »

Alors mon ami (e), Dieu dans son amour infini t’a trouvé (e) et Il t’offre sa grâce insondable, à toi, coupable condamné que tu es. Alors aujourd’hui saisis sa main, repens-toi, accepte par la foi Jésus Christ qui pardonne tes péchés, car Il a versé son sang pour toi, pour te laver, te purifier à la croix, comme il l’a fait pour moi et une multitude d’autres, qui sommes dans la joie et la Paix, parce que la Paix que Jésus Christ donne n’est pas un vain mot, parce que même dans la tempête, au milieu du feu, quel repos que d’avoir cette certitude d’être protégé par Celui qui nous aime, et qui nous sauve parfaitement. Nos pensées, notre cœur doivent être tournées vers notre Sauveur, car Il est tout près de nous. C’est Lui qui nous soutient et qui nous garde, dans ces sombres moments. Et il y a cette affirmation que Dieu te dit : « Que mille tombent à ton côté, et dix mille à ta droite, tu ne seras pas atteint. » Oui ! Dieu nous parle au travers des épreuves. Il n’oublie pas de nous mettre en garde, car après la mort vient le jugement et chacun rendra compte pour lui-même devant le Dieu Saint et Juste. Nul doute que ce jour sera terrible pour ceux et celles qui n’auront pas été réconciliés avec Dieu.

Alors pour toi mon ami (e) c’est aujourd’hui le jour du salut, demain il sera peut-être trop tard. Le Sauveur frappe à la porte de ton cœur, réponds-lui ! Ne te laisse pas asservir davantage par le monde, ce monde qui t’a si souvent trompé, mais viens sans tarder à Jésus, qui a vaincu la puissance du péché, et de la mort. Le salaire du péché c’est la mort, mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus Christ notre Seigneur.

Donc pour toi, si tu fais la paix avec Dieu, aujourd’hui, la mort ne sera qu’un transfert, dans l’éternité bienheureuse avec Jésus Christ, là, où il n’y aura plus ni guerre, ni deuil, ni souffrance. Et tu verras, comme nous le verrons, notre Sauveur face à face et rien ne pourra plus te séparer de Lui. Tu l’adoreras et tu le serviras, comme nous nous l’adorerons et le servirons éternellement ! Alors ? Est-ce là ton espérance ? De plus, tu sais le Sauveur tient toutes ses promesses.

Maintenant, beaucoup, et cela est vraiment triste parce qu’ils ne savent pas, regardent leur salut au travers d’une religion. Sache, toi mon ami, qu’animé par une profonde conviction, que quelle que soit la religion, celle-ci ne peut sauver, car le diable veut contenter tous ceux et celles qui regardent à une religion, par des apparences et des sentiments. Car toutes les religions humaines vantent les mérites de l’homme et l’incitent à se justifier par la pratique de bonnes œuvres méritoires. Mais aucune de ces religions ne peut purifier le cœur de ses racines de péché, mais elles laissent dans l’illusion et dans une fausse sécurité.

Alors qu’en penses-tu ? Qu’en dis-tu ? Aujourd’hui, c’est le jour du salut, n’endurcis pas ton cœur, mais accepte Jésus-Christ comme ton Sauveur !


2 votes

Navigation

Mots-clés de l'article