L’optimisme de Paul

Vendredi 26 février 2010, par Luciano Branco // Messages bibliques

- Cliquez ci-dessous sur le bouton ’lecture’ pour écouter en ligne ce message biblique au format audio MP3.

L’optimisme de Paul
Résumé

Paul, à l’origine de l’Église de Philippes, a à cœur cette assemblée. Il leur exprime sa gratitude pour un soutien financier reçu, mais aussi pour leur intégrité et leur soutien moral.

Bien que Paul était en prison, on voit que toute la lettre aux philippiens respire la joie. Il encourage ses bien-aimés.

Et nous, comment réagissons-nous quand nous sommes contrariés ? Nous pouvons en avoir par dessus la tête parfois. Paul, lui qui voulait évangéliser l’Europe entière se retrouve en prison, à dépendre de dons. Et pourtant il reste joyeux.

Paul fait un bilan de la situation. Il se souvient de tout ce qui est positif de par la présence de Dieu dans sa vie. Dans la difficulté, il regarde à Dieu en action. Dieu qui a commencé une œuvre en nous la mène à bien parfaitement, car Dieu a fait de chacun de ceux qui l’acceptent comme sauveur personnel ses enfants.

Persuadés que Dieu n’est pas dépassé par les événements, nous sommes appelés à entrer en action. C’est Dieu lui-même qui met en nous le vouloir et le faire. La main de Dieu n’est pas trop courte.

Passages Bibliques associés

Philippiens chapitre 1 versets 3 à 7

Je rends grâce à mon Dieu toutes les fois que je me souviens de vous ; je ne cesse, dans toutes mes prières pour vous tous, de prier avec joie, à cause de la part que vous prenez à l’Évangile depuis le premier jour jusqu’à maintenant. Je suis persuadé que celui qui a commencé en vous une œuvre bonne, en poursuivra l’achèvement jusqu’au jour du Christ-Jésus. Il est juste que j’aie pour vous de telles pensées, parce que je vous porte dans mon cœur, et que, dans mes chaînes comme dans la défense et l’affermissement de l’Évangile, vous participez tous à la même grâce que moi.

Actes des Apôtres chapitre 16

Il parvint ensuite à Derbe et à Lystre. Et voici qu’il y avait là un disciple du nom de Timothée, fils d’une femme juive fidèle et d’un père grec. Les frères de Lystre et d’Iconium rendaient de lui un bon témoignage. Paul voulut l’emmener avec lui ; il le prit donc, et le circoncit, à cause des Juifs qui étaient dans ces lieux-là, car tous savaient que son père était grec. En passant par les villes, ils transmettaient les décisions prises par les apôtres et les anciens de Jérusalem, afin qu’on les observe. Les Églises se fortifiaient dans la foi et augmentaient en nombre de jour en jour. Empêchés par le Saint-Esprit d’annoncer la parole dans l’Asie, ils traversèrent la Phrygie et le pays de Galatie. Arrivés près de la Mysie, ils tentèrent d’aller en Bithynie ; mais l’Esprit de Jésus ne le leur permit pas. Ils franchirent alors la Mysie et descendirent à Troas. Pendant la nuit Paul eut une vision : un Macédonien debout le suppliait en disant : Passe en Macédoine, viens à notre secours ! Après cette vision de Paul, nous avons aussitôt cherché à nous rendre en Macédoine, concluant que Dieu nous appelait à y annoncer l’Évangile. Embarqués à Troas, nous avons fait voile directement vers Samothrace, et le lendemain vers Néapolis. De là, (nous sommes allés) à Philippes, qui est la première ville de ce district de Macédoine et une colonie (romaine) . Nous avons séjourné quelques jours dans cette ville. Le jour du sabbat, nous nous sommes rendus hors de la porte, vers une rivière, où nous pensions que se trouvait (un lieu de) prière. Après nous être assis nous avons parlé aux femmes qui étaient réunies. Il y avait là une femme craignant Dieu, du nom de Lydie, marchande de pourpre, de la ville de Thyatire. Elle écoutait, et le Seigneur lui ouvrit le cœur, pour qu’elle s’attache à ce que disait Paul. Lorsqu’elle eut été baptisée avec sa famille, elle nous invita en disant : Si vous me jugez fidèle au Seigneur, entrez dans ma maison et demeurez-y. Et elle nous pressa très instamment. Comme nous allions au lieu de prière, une servante qui avait un esprit de Python et qui, par ses divinations, procurait un grand profit à ses maîtres, vint à notre rencontre. Elle se mit à nous suivre, Paul et nous, et criait : Ces hommes sont les serviteurs du Dieu Très-Haut, et ils vous annoncent la voie du salut. Elle fit cela pendant plusieurs jours. Paul, excédé, se retourna et dit à l’esprit : Je t’ordonne, au nom de Jésus-Christ, de sortir d’elle. Et il sortit à l’heure même. Les maîtres de la servante, qui voyaient disparaître l’espoir de leur profit, saisirent Paul et Silas et les traînèrent sur la place publique vers les magistrats. Ils les amenèrent aux préteurs et dirent : Ces hommes troublent notre ville ; ce sont des Juifs, qui proclament des coutumes qu’il ne nous est permis ni de recevoir ni de pratiquer, à nous qui sommes Romains. La foule se souleva aussi contre eux, et les préteurs, après avoir fait arracher leurs vêtements, ordonnèrent de les battre de verges. Après les avoir roués de coups, ils les jetèrent en prison, en recommandant au geôlier de les tenir sous bonne garde. Celui-ci, qui avait reçu cette recommandation, les jeta dans la prison intérieure et leur mit les ceps aux pieds. Vers le milieu de la nuit, Paul et Silas priaient et chantaient les louanges de Dieu, et les prisonniers les écoutaient. Tout à coup il se produisit un grand tremblement de terre, au point que les fondements de la prison furent ébranlés ; au même instant, toutes les portes s’ouvrirent, et les chaînes de tous (les prisonniers) se détachèrent. Le geôlier se réveilla, et lorsqu’il vit les portes de la prison ouvertes, il tira son épée ; il allait se tuer, pensant que les prisonniers s’étaient enfuis. Mais Paul cria d’une voix forte : Ne te fais aucun mal, nous sommes tous ici. Alors le geôlier demanda de la lumière, entra précipitamment et tomba tout tremblant devant Paul et Silas ; il les mena dehors et dit : Seigneurs, que faut-il que je fasse pour être sauvé ? Ils répondirent : Crois au Seigneur Jésus, et tu seras sauvé, toi et ta famille. Et ils lui annoncèrent la parole du Seigneur, ainsi qu’à tous ceux qui étaient dans sa maison. Il les prit avec lui, à cette heure même de la nuit, lava leurs plaies, et aussitôt il fut baptisé, lui et tous les siens. Il les fit monter dans sa maison, mit la table et se réjouit avec toute sa famille d’avoir cru en Dieu. Quand il fit jour, les préteurs envoyèrent les licteurs pour dire (au geôlier) : Relâche ces hommes. Le geôlier rapporta ces paroles à Paul : Les préteurs ont envoyé dire de vous relâcher ; maintenant donc sortez, et allez en paix. Mais Paul dit aux licteurs : Après nous avoir fait battre publiquement et sans jugement, nous qui sommes Romains, ils nous ont jetés en prison, et maintenant ils nous mettraient dehors secrètement ? Non pas ! Qu’ils viennent eux-mêmes nous libérer. Les licteurs rapportèrent ces paroles aux préteurs, qui furent dans la crainte en apprenant qu’ils étaient Romains. Ils vinrent les apaiser et les libérèrent, en les priant de quitter la ville. Quand ils furent sortis de la prison ils entrèrent chez Lydie, et, après avoir vu et exhorté les frères, ils partirent.

haut

Philippiens chapitre 3 verset 1

Au reste, mes frères, réjouissez-vous dans le Seigneur. Je n’éprouve aucun ennui à vous écrire les mêmes choses, et pour vous, c’est une sécurité.

1 Corinthiens chapitre 6 verset 19

Ne savez-vous pas ceci : votre corps est le temple du Saint-Esprit qui est en vous et que vous avez reçu de Dieu, et vous n’êtes pas à vous-mêmes ?

Répondre à cet article